La danse des lièvres

Nous étions en voyage de pêche au Lac Fou, aux environs de la Rivière aux Rats, le docteur Jos. Rivard, le docteur Forget et moi. Or, il arriva un changement brusque de température avec tempête de neige et le lendemain, gros froid. Les bords du lac étaient gelés. Donc impossible de pêcher. Cela dura trois jours et il fallait tuer le temps. En arrière de notre camp, on avait fait du défrichement et Jos. Rivard s’aperçut un soir que les lièvres venaient manger les déchets que nous y avions jetés.

Sans dire un mot, il fit cuire des patates, les écrasa et mit une couple de tasses d’alcool à quatre-vingt-dix dans les patates et déposa le tout sur le terrain.

Quelques minutes plus tard, les lièvres arrivèrent et firent disparaître les patates. Ils les trouvaient bonnes. Elles ne prirent pas de temps à produire leur effet et la danse des lièvres commença. Ils faisaient des sauts de dix pieds de haut et étaient complètement fous et de conclure Jos. Rivard, l’alcool, c’est pas bon pour les lièvres.

1 réflexion sur « La danse des lièvres »

  1. Bonjour,

    Comme bien d’autres au plaisir de lire je retrouve l’esprit du livre de Napoléon Comeau qui je crois s’appelle Contes et légendes de la côte nord. Très jeune ces contes m’ont émerveillés. Je vous laisse avec une proverbe que je crois d’origine arabe sur la définition du bonheur. -C’est marcher dans la nature à la recherche de ces tendresses.
    Ce récit de la Mauricie est remplie de petits et grands bonheurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *