187 réflexions sur « Commentaires »

  1. Fille de céline comtois et de michel caisse
    céline fille de jean comtois et de jacqueline richer…si vous avez de l’info a me transmettre qui pourrait nous aider moi et mon frère a retrouver nos ancêtres n’hésiter pas a me les envoyers
    Merci
    (meghane22@hotmail.com)

  2. Les mémoires du Docteur Comtois ont été en quelques sortes mon initiation à la lecture en ligne et qui m’ont grandement intéressé, c’est à votre tour maintenant de pouvoir lire gratuitement mon dernier ouvrage genre EBOOK qui a pour titre: LES HOMMES DES TÉNÈBRES. Ceci raconte le dur métier du travailleur souterrain. il s’agit de signaler: LES ÉCRITS VIBRATIONS ( http://www.ecritsvirtuels.ca/r.mercier.htm )

  3. POur savoir où on s’en va, il est important de savoir d’ou l’ont vient et par le fait meme notre histoire.

    Fils de Pierre Cholette et Diane Lamy a Trois-rivieres

  4. J’ai 67 ans et la lecture de ces anecdotes m’a donné l’idée de laisser pareil héritage à mes enfants.
    J’ai rédigé à la main, pour l’instant, tout ce que j’ai de souvenirs d’enfance et j’en ferai un petit livre que je leurs offrirai un jour.

    Claude Dubois

  5. Je suis retourné en Haute-Mauricie, il y a une dizaine de jours, à l’invitation de mon neveu, Dominic Cantin, qui est à l’emploi d’Hydro-Québec. C’est ainsi que j’ai séjourné trois jours au barrage « C », sur la rivière Manouane, – où je n’étais pas allé depuis août 1960 – et que j’ai profité de ce voyage pour retourner à Sanmaur, le village de mon enfance. Le séjour m’a enfin décidé à entreprendre la rédaction d’un carnet (blogue) – ( http://sanmaur-mauricie-cantin.blogspot.com/ )- sur ce village mythique pratiquement disparu, et dont le toponyme survit en partie grâce à deux romans d’une ancienne résidante de La Tuque, Normande Élie. Il n’existe pas beaucoup de littérature sur ce beau coin de pays et c’est un Américain, Morris Longstreth, de passage en Haute-Mauricie, qui, je crois bien, en a parlé le premier dans un ouvrage publié en 1922, à New York, The Laurentians.The Hills of the Habitants. Il y crée même un poème sur l’endroit.
    Je mettrai donc dans ce carnet des photos du village et de ses environs, des photos qui remonte à plus de 60 ans, prises par ma mère Maizy Lee, le curé de la paroisse, à l’époque, Léopold Lacasse. J’en ai reçu d’autres de lecteurs et de lectrices de ce merveilleux récit du docteur Comtois. Le livre des visiteurs s’est donc avéré un excellent intermédiaire. Je fais donc de nouveau appel aux gens pour qu’ils me communiquent leurs photos et leurs anecdotes sanmauriennes. Si j’utilise leur matériel, je le leur en donnerai le crédit.
    Pierre Cantin
    Chelsea-sur-Gatineau.

  6. Intéressant et captivant – peut-être y a-t-il des surplus de textes mais je crois que cette vie mené par votre grand-pèere ou votre père en a été une remplie de dévouement et de travail acharné pour sauver des vies et laisser le monde avec de meilleurs lendemains.

    Encore une fois bravo, j’ai apprécié la fraicheur des textes. Je deviendrai bientôt un résident de la région un peu plus au sud (vers Shawinigan) mais je puis une chose, les paysages et la vie y est dont plus agréable qu’en ville.

  7. Belle surprise que d’entendre parler de Mon oncle Skeen comme l’appelle ma mère bien qu’en réalité il s’agit du deuxième mari de sa grand-mère Marie-Christine…
    Tout deux habitaient juste au bas du barrage Gouin étant établis avant même que le barrage fut construit…

    Merci pour ce partage de souvenir que je vais faire lire à ma mère sans faute…merci encore

    Valérie

  8. Je viens de lire votre livre sur internet et j’ai bien aimé. Je viens de Parent je connais le coin de La Tuque et les environs et je vous ai suivi à travers le récit de vos aventures Bravo!

  9. Les Souvenirs du Dr. Max Comtois sont vraiment excellents. À mon avis, ils méritent une diffusion beaucoup plus ample.

    Le site http://grandquebec.com vous demande la permission de reproduire deux chapitres des Souvenirs, le premier dans la section, dédiée à la Mauricie, il s’agit du « Barrage de Gouin » et le seconde « Noël », dans la section sur l’histoire du Québec (ou tout autre chapitre que vous aimeriez voir reproduit chez nous). Évidemment, nous ferons un lien vers le texte complet des Souvenirs et accompagnerons les chapitres d’un commentaire, recommandant la lecture des Souvenirs. Si vous aimeriez rédiger vos propres commentaires, vous êtes les bienvenus.

    Merci encore pour la publication des Souvenirs du Docteur Comtois.

  10. Je trouve très intéressant de lire ce reportage pour son contenu mais aussi pour le français qui a beaucoup changé depuis ce temps. Merci de nous avoir permis d’en connaître plus sur l’histoire de notre région. Mauricie.

  11. Histoires très intéressantes. Quel vécu!
    Je suis né à La Tuque en 52 et y vécu jusqu’à l’âge de 18 ans – plus précisement à La Bostonnais, plage Villeneuve -Je connnais la Haute Mauricie et travaillé dans quelques camps forestiers. J’ai visité presque tous les endroits énumérés dans les récits, à pied, auto, skidoo, moto, canot et kayak.
    Merci

  12. Je commence à lire le livre…27 mai 2007.
    Je vous reviendrai un peu plus tard pour commentaires s’il y a.

    Jean Des Harnais membre
    Société Historique de La Tuque et du Haut St-Maurice
    La Tuque

  13. Bonjour
    C’est en faisant des recherche sur internet que je suis tombée sur votre livre. Je l’ai dévoré. Je porte le même nom de famille et j’ai un grand-père qui est resté en Abitibi. Cela me fascine de lire toute l’histoire de ce coin de pays où les gens avaient à travailler fort pour survivre. Merci d’avoir partagé vos souvenirs avec nous.
    Louise Comtois

  14. J’aime bien l’histoire de notre région!!J’aurais une photo d’Henry Skeene (Voyage au Barrage Gouin) à vous faire parvenir..Il était marié en seconde noce avec Marie-Christine Boivin, l’arrière grand-mère de ma conjointe!
    (Je ne peux insérer une photo pas ce courriel?)
    Gaston Gravel

  15. J’ai beaucoup aimé lire les souvenirs du Dr. Il trace un portrait savoureux de la médecine d’autrefois. Merci.

  16. Je reviens souvent sur ce merveilleux site, un exemple de ce que peut produire d’extraordinaire un médium comme Internet. Depuis ma dernière participation à ce « journal », ma mère, Maizy Lee Cantin, est décédée. Je n’avais pas fini d’apprendre de sa part toutes sortes d’anecdotes sur ce village de mon enfance, Sanmaur, où finalement je suis allé, le 21 mai dernier, en compagnie de mes deux frères, Robert et Jean. On m’avait prévenu : il n’en reste à peu près rien. J’ai pu le constater : à part le vieux presbytère, qui remonte à la fin des années 1940, et qui est devenu un dépanneur, et l’ancien « quartier-général » de la Saint-Maurice, plus rien que quelques ruines, presque ensevelies, des morceaux de madriers de la descente de la Manouane. J’en ai rapporté une soixantaine de photos, quelques reliques. Je profite de cette tribune pour revenir à la charge et demander aux anciens résidants de coin de la Haute-Mauricie de me contacter pour échanger souvenirs et photos de ce village mythique. Il y a même un roman de Normande Élie qui en porte le titre ! Pour ma part, j’accumule le matériel pour créer un site – un peu à l’instar de celui de Paul Desbiens sur Rapide-Blanc – sur cette époque. Ce serait une façon tangible de laisser des traces du passages des familles qui y ont habité.
    Au plaisir.

    Pierre Cantin, 3, chemin Beausoleil, Chelsea, Québec, J9B 1E7.

  17. Atikamek de race, mon arriere grand pere est un dubé.
    beaucoup de gens de chez nous sont né a la Tuque.
    certains connaisse m skeen. Des atikamek ont campé souvent a dam laloutre.
    Nos grand mere confirment les faits sur les accouchements des indiennes. Elles évoquent avec fierté que les femmes atikameks reprennaient leurs routines quotidiennes le lendemain de l’accouchement.

  18. Connaissant cette région pour y être allée pêchée à plusieurs reprises, j’ai trouvé les récits du docteur Comtois plus qu’intéressants.

    Rafraîchissant !

  19. Je suis née en 1942 à La Tuque, fille de Léon Gervais, petite-fille de Jeffrey Gervais. Mon grand-père et sa famille sont arrivés à La Tuque en 1911 alors que mon père avait 4 ans.
    J’ai souvent entendu le nom du docteur Comtois dans les réunions familiales…La Ville de La Tuque est à la recherche de documents et de témoignages sur son histoire, en vue du 100e anniversaire de son incorporation en 2011: je mentionnerai l’existence de ce site, fort intéressant. J’en ai pris connaissance grâce à mon fils, Christophe Hinz, qui vit en Allemagne. Merci et bravo! H.G.-Hinz, Québec

  20. le Dr Comtois est aussi un bon souvenir de mes parents. En ce qui concerne le Dr Rivard, contrairement à ce qui est mentionné, il ne s’agit pas du Dr Joe Rivard. Le Médecin du Nord était le Dr Paul-Léon Rivard. ce dernier a été médecin de CIP à Clova jusque dans le début des années 60. Il quitta La Tuque pour Montréal en 1967. Il continua sa pratique industrielle jusqu’à son décès en 1980.

  21. bonjour!
    je suis native de La Tuque et je vis en France maintenant.. c’est en surfant sur le net que je suis tombée sur ce sujet… Le nom du domaine McCormick a dû être prononcé quand j’étais gamine..
    j’ai été curieuse de voir de quoi il retournait… comme je vais au Québec visiter mon père cette semaine… je vais regarder pour trouver votre livre…
    merci pour ce coup d’oeil internaute…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *