Archives pour la catégorie Compléments

LE NOUVELLISTE

TROIS-RIVIÈRES, LUNDI 2 MARS 1925

Le choc de samedi tue une femme à la Pérade

C’EST DANS NOTRE RÉGION QUE LA SECOUSSE FUT LA PLUS FORTE

Une mort se produit à La Pérade, et les pierres couronnant les colo-
nes qui supportent le portique de l’église sont renversées. — Un  mur
s’écroule dans l’église St-Marc de Shawinigan.
LE SOL S’ENTR’OUVRE A YAMACHICHE
Grand’Mère ressent trois secousses, et entend des grondements dans le sol
toute la nuit de samedi à dimanche. — La terreur s’empare
de la population un peu partout, et on croit à la fin du monde
UNE FOULE DE FEMMES S’ÉVANOUISSENT

Trois-Rivières et toute la vallée du Saint-Maurice ainsi que les villages de la rive-sud de notre ré-gion, ont été en proie à la panique intense quand un tremblement de terre qui a duré à peu près quarante cinq secondes et dépasse même au dire des vieux, par la violence, le tremblement de ter-re de 1870, s’est fait sentir dans notre district, sa-medi soir, entre neuf heures et quart et neuf heu-res et vingt. Un grand nombre de personnes se sont évanouies de crainte et, à Ste-Anne-de-la-Pé-rade, Mme Eugène Bureau, une femme bien en santé, est morte de crainte avant qu’on eût pu ob-tenir le secours du médecin. Dans Trois-Rivières, Shawinigan Falls, Grand’Mère, des milliers de personnes, terrifiées et quelques unes croyant mê-me que c’était la fin du monde, se précipitèrent en toute hâte dans la rue où au milieu des craquements sinistres, elles virent les plus solides bâtiments os-ciller sur leurs fondations, semblant devoir s’é-crouler d’un moment à l’autre. Partout régnait le plus grand énervement; c’était un sauve qui peut général. Sur la place du Marché aux Denrées, ici, en plein centre commercial, plus d’un millier de personnes s’y trouvèrent groupées en quelques instants. De tous les magasins et même des théâ-tres on y avait fui dans l’espoir de plus de sûreté. Les rues étaient noires de monde. Ceux qui demeu-rèrent dans leurs maisons furent la plupart muets de crainte, ayant l’impression très nette que la terre tremblait et s’attendait au pire. Au Séminaire St-Joseph, il y eut un instant de panique. Mais c’est à l’Arena que l’on vit le plus grand affolement, les lumières y firent défaut, la grande charpente métallique craqua sinistrement: les patineurs se pré-cipitèrent vers l’étroite sortie au milieu des cris des enfants affolés. Mais nulle part cependant, il n’y a eu d’accident grave.

Les dommages matériels sont assez élevés, par-ticulièrement à Shawinigan et Grand’Mère. Ici, même, le dommage le plus important, à l’heure actuelle, est la chute de la tête d’une cheminée de 243 pieds à la Wayagamack. À Shawinigan Falls, l’église de St-Marc est fermée à la suite de l’é-croulement d’une partie des transpets. Un pan d’une bâtisse à deux étages de M. J. A. Frigon s’est aussi écroulé. À la Northern Aluminium, une partie du mur et du toit, à la bâtisse des creu-sets, s’est écroulée et un ouvrier a été légèrement blessé par la chute d’une brique. Des centaines de maisons ont vu leurs vitres se briser et leurs murs, surtout les enduits, se lézarder. A Ste-Anne-de-la-Pérade, les pierres pyramidales couronnant les colonnes qui supportent le portique de l’église ont été renversées. Dans la plupart des églises et des couvents, à Shawinigan Falls et Grand’Mère, ainsi que dans les villages au nord de Grand’Mère, les statues ont été renversées et brisées.

D’après les observations les plus précises et les mieux contrôlées, le tremblement de terre a suivi une direction du nord au sud et dans d’autres cas il semblait venir de l’est. La secousse a varié en intensité selon les endroits. Elle semble avoir at-teint son maximum à St-Marc de Shawinigan, spé-cialement aux points les plus élevés. À Grand’Mè-re, on a constaté une seconde secousse, de qua-rante cinq secondes, à peu près, vers onze heures, puis une troisième, très faible, vers deux heures hier matin. Toute la nuit de samedi à dimanche, l’on a entendu de légers grondements dans le sol. Ces mêmes secousses ont été perçues aux Trois-Rivières, mais plus faiblement qu’à Grand’Mère.

Le seul endroit d’où l’on rapporte des fissures dans le sol, c’est Yamachiche. Ces fissures ont été constatées près de plusieurs maisons. À Grand’Mè-re, la glace s’est fendillée fortement sur les pati-noires.

A maints endroits, les cloches ont été mises en branle par le tremblement de terre.

Suite à la page 5 [omis]

_____

LA CAUSE DE LA SECOUSSE

Presse canadienne

New-York, 2– Etant virtuel-lement tombé d’accord que le tremblement de terre de samedi soir dernier tire son origine d’un mouvement du roc primitif dans l’extrême nord-est des Etats-Unis ou dans l’est du Canada, les sa-vants s’efforcent aujourd’hui de dresser une charte plus précise du point épicentral du tremble-ment. Quelques savants prétendent que les secousses qui ont ébranlé une grande partie du con-tinent ont été causées par le glis-sement du roc dans la grande fis-sure appelée faille canadienne, dans le lit de l’Atlantique, au large de la côte du Maine. D’autres placent l’origine du tremblement à l’em-bouchure du Saguenay, dans la province de Québec. Cette région se trouve située dans la faille Logan, formation géologique de roc instable qui s’étend le long des Appalaches, du bassin du St-Laurent à l’Alabama. Des experts canadiens qui en tiennent pour le Saguenay insistent sur le fait que le tremblement a été très vio-lent dans Québec et Ontario. Dans la ville de Québec, les vitres fu-rent brisées et quelques petites maisons furent renversées. A Ot-tawa, les murs du Royal Victoria Museum ont des fissures et tous les arcs de voute sont endomma-gés. A Montréal et à Toronto, la secousse a été forte.

Les géologistes ont assuré les new-yorkais que leurs gratte-ciels étaient à l’épreuve des tremble-ments de terre bien que le der-nier tremblement, qu’on dit le troisième depuis la venue d’Henry Hudson, ait secoué les bâtisses si vigoureusement que des milliers de citoyens en furent alarmés. Les architectes déclarent que les constructions modernes sont ce qu’il y a de mieux contre les tremblements de terre et ils font remarquer que le garde de nuit en devoir sur la tour de l’édifice Woolworth, samedi soir, prétendit qu’on voulait se payer sa tête quand on lui a appris qu’il y avait eu un tremblement.

DANS NOS EGLISES

D’après des rumeurs très répandues dans notre ville, le tremblement de terre aurait causé d’assez importants domma-ges à l’Eglise Notre-Dame des Sept Allé-gresses et à l’école des filles à St-Philip-pe, où, disait-on, le mur se serait disjoint entre l’ancienne école et la nouvelle. Ces rumeurs ne reposaient que sur un maigre fond de vérité. A Notre-Dame, nous déclare de R. P. Ferdinand o.f.m., les dommages ont été à peu près nuls. Seulement un peu d’enduit est tombé du toit de même qu’une partie d’un petit chapiteau. Iln’y est pas de panique à l’église où beaucoup de gens étaient ve-nus se confesser.

A l’école des filles de St-Philippe, com-me d’ailleurs dans presque toutes les autres écoles de la commission scolaire, nous déclare M. Napoléon Lamy, il n’y a eu que très peu de dommages: de la chute d’enduit un peu partout.

On voit bien quelques fissures dans les murs de la vieille école, mais elles devaient y exister avant le tremblement, selon M. Nap. Lamy. Pour l’école des filles de St-Philippe, cette déclaration est confirmée par les autorités de l’école.

M. l’abbé J.A. Lemire, curé de Ste-Cécile, nous déclare que ni au presby-tère ni à l’église il n’y a le moindre dommage par le tremblement de terre.

A L’AQUEDUC

La vieille bâtisse de l’aqueduc, déjà fort lézardée, a vu ses fissures s’agran-dir sans que cependant elle soit en dan-ger de s’écrouler. Le batardeau que l’on a construit pour la pose de la nou-velle prise d’eau a très bien résisté et est demeuré parfaitement intact.

AUX HOPITAUX

Le choc a été peu ressenti aux deux hôpitaux de notre ville où une partie du personnel était debout au moment du tremblement. La plupart de ceux qui étaient couchés se réveil-lèrent quand tout fut fini ou crurent tout simplement qu’une violente bour-rasque secouait l’édifice.

DE L’EMOI A MONTREAL

Montréal a particulièrement ressenti le tremblement de terre qui d’après l’ob-servatoire d’Ottawa, a eu son centre à l’embouchure du Saguenay, se dirigeant vers l’ouest aussi loin que Sudbury vers le sud jusqu’à Richmond, Virginie, et qui a suivi une ligne allant de Chicago à New York. Le tremblement dura avec plus ou moins d’in-tensité de 9.21 à minuit.

La population de Montréal a ressen- […]

Les désastres du temps passé

Beaucoup de gens croient que notre pays et surtout la province de Québec sont exemptés des dan-gers des tremblements de terre, mais l’histoire nous enseigne le contraire. L’Histoire du Canada de Kingford, un vieux volume que l’on trouve à l’Institut Fraser signale un violent tremblement de terre le 23 janvier 1766, dans la province de Québec. Le même vo-lume fait aussi allusion à des tremblements de terre qui se produisirent en 1638 et 1663.

Dans les « Lettres de la Mère Marie de l’Incarnation », écrites entre 1630 et 1671, on trouve un récit détaillé du plus violent des tremblements de terre enregistrés à l’époque, celui du 5 fé-vrier 1663. La Mère Marie de L’Incarnation décrit au long l’af-folement des gens et des bêtes, la destruction de plusieurs mai-sons et bâtiments, etc. Dans les relations des Pères Jésuites », un ancien volume conservé aussi à l’Institut Fraser, on trouve un compte rendu encore plus com-plet de cette terrible secousse sismique qui s’étendit d’Ottawa à Gaspé, couvrant une région de plus de 100 milles de largeur. Il y est dit que toute la Nouvelle France fut secouée violemment et qu’une destruction générale s’en suivit. Ce fut terrible dans les forêts, les arbres s’entrecho-quant comme des lutteurs géants et tombant pêle-mêle comme é-puisés après un combat homéri-que. Les montagnes s’ouvrirent dans le sol. La glace sur les riviè-res se rompit et l’eau prit une couleur blanchâtre, cependant qu’en plusieurs endroits des sour-ces volcaniques jaillirent, laissant couler une eau sulfureuse.

Des lacs disparurent, engloutis dans le sol et d’autres surgirent en plusieurs endroits. Des incen-dies volcaniques s’allumèrent en plusieurs endroits et l’endroit con-nu encore aujourd’hui sous le nom de « Les Éboulements » dans le bas du fleuve, demeure comme un im-mense et tragique monument com-mémoratif de ce drame.

Selon ce même volume, ces trou-bles sismiques durèrent pendant plus de six mois, les chocs va-riant d’intensité à chaque répé-tition. Il est cependant intéres-sant de noter que malgré ce ter-rible bouleversement de la terre on ne signale aucune perte de vie, ce dont les Jésuites d’alors rendi-rent grâce à la divine Providence.

[…] ti l’émotion éprouvée d’une manière beaucoup plus terrible que celle de la Martinique, de Messine, de San Fran-cisco et de Tokio. Montréal éprouva une légère secousse sismique il y a vingt ans. Mais le dernier grand tremblement de terre date de 1663, soit il y a 262 ans, alors que toute la partie nord du continent fut fortement éprouvée par des tremblements de terre.

À 9.21 on sentit par toute la cité un ébranlement. Les vibrations étaient beau-coups moins fortes sur le sol qu’aux é-tages supérieurs des maisons où des oscillations fortes et peu régulières é-tonnèrent immédiatement et provoquèrent la peur. Les oscillations se continuant, les électroliers commencèrent à danser et à se balancer: la vaisselle et les meubles légers furent secoués et les planchers ressemblaient aux ponts des navires.

AUX THEATRES

Il y eut aussi plusieurs commencements de panique dans les théâtres qui auraient pu être plus graves si les employés de ces théâtres n’avaient pas eu la présence d’esprit de rassurer les specta-teurs. Dans un théâtre on cria au feu et immédiatement ce fut une course vers toutes les issues: une femme perdit connaisance. Dans d’autres théâtres des femmes firent de l’hystérie et s’évanouirent, mais on rétablit prompte-ment l’ordre et nulle part il n’y eut interruption de la représentation. Les théâtres étaient remplis.

Au Forum où se jouait la partie de hockey du Montréal et du Hamilton, devant six mille personnes, le tremblement de terre fut surtout ressenti dans les gradins supérieurs. Il y eut une poussée générale pour sortir et quand fenêtre s’ouvrit en faisant un formidable tapage la situation devint plus mauvaise. Sur la glace, les joueurs ne ressentirent aucunement le choc et continuèrent à se disputer la rondelle.

Il y eut beaucoup d’émotion dans ue pharmacie de Westmount quand deux bouteilles de nitro-glycérine dégringolè-rent d’une tablette et tombèrent sur le plancher. Heureusement elles ne se bri-sèrent pas. Les clients se précipitèrent follement vers la porte, mais il n’y eut pas d’explosion. Le commis ramassa courageusement les deux bouteilles et les remis dans un endroit où elles ne pourraient pas tomber aussi facilement.

DE FOLLES RUMEURS

Des centaines de rumeurs coururent bientôt la rue. On disait que dans le nord de la ville, une femme s’était pré-cipitée du cinquième étage d’une maison. On apprit que c’était faux. On rap-porta aussi qu’un certain nombre de maisons dans le district lon-geant le fleuve s’étaient écroulées, mais en dépit de leur âge et de leur décrépitude elles avaient résisté au choc.

L’incendie qui a éclaté à St-Jacques est attribué à la rupture par le trem-blement de terre d’un tuyau de système de chauffage.

Dans maints cas, on crut qu’il s’agis-sait de formidables explosions. Il y a eu beaucoup d’incidents drolatiques. Un vit un mari et son épouse se chicaner s’accusant mutuellement de pousser le carrosse du bébé. Ce ne furent que quelques heures plus tard que des voisins leur apprirent le tremblement de terre et que cette querelle familiale s’apaisa.

Le service téléphonique n’a aucunement été affecté, mais les appels ont été si nombreux qu’il fut impossible de répondre toujours à tous.

Les secousses sismiques ont été accompagnées d’un grondement faible mais continu qui dura près d’une mi-nute.

On rapporte un étrange phénomène à Notre- Dame de Graces. Un chat sem-bla pris d’une crise juste avant le trem-blement. Il arqua le dos et bondit sur une bibliothèque où il miaula très ex-cité à la grande surprise de son maî-tre. Le tremblement se fit immédiate-ment sentir et l’on comprit.

ACCIDENT A LA PRESSE

Montréal, 2–Les étudiants de l’université de Montréal étaient à donner un concert au poste CKAC quand le trem-blement de terre commença. L’un d’eux allait chanter au microphone quand soudain le piano de 2000 livres fut secoué et l’édifice se mit à branler. Les lourds pilliers de fer remuaient d’une façon a-larmante et chacun était effrayé.

Sautant au microphone, M. Jacques Cartier, directeur du poste de radio de « La Presse » lança ce message: « Nous sommes en proie à un tremblement de terre. Si nous sommes tous vivants quand il sera terminé le concert continuera: pour le moment nous cessons tout.

En même temps il ordonna à Léonard Spencer de fermer le radio. Spencer le fit, mais il n’avait pas sitôt fait ce ges-te qu’en revenant dans le studio, il s’é-vanouit comme s’il avait reçu un choc électrique. On a cru que c’était dû à une décharge de statique et les jeunes étudiants en médecine prodiguèrent leurs soins à l’ingénieur. De l’eau et des sels ne purent ramener M. Spencer et M. Car-tier employant le radio appela un médecin.

Le Dr V.P. Landry, 77 rue Orléans, Maisonneuve se rendit à son appel. Quel-ques minutes plus tard, maints docteurs accouraient et Spencer reçut des soins temporaires avant qu’on ne le conduisit à l’Hôpital Notre-Dame.

Il y a deux ans, M. Spencer fut vic-time d’un accident analogue quand le feu endommagea partiellement le poste de radio de La Presse.

___

EGLISE ENDOMMAGEE

Presse canadienne

Québec, 2.–A Baie St-Paul, le trem-blement de terre a si fortement endom-magé l’église que l’on ne croit pas pou-voir y redire la messe avant qu’elle ait subi de coûteuses réparations.

Le magasin de la Commission des Li-queurs à la Rivière du Loup a été endom-magé. Deux vitrines ont été bri-sées et un bon nombre de bouteilles de liqueurs sont tombées à bas des tablet-tes.

UNE SEULE MORT

Québec, 2–En dehors de la mort de Mme Eugène Bureau, à Ste-Anne de la Pé-rade, à vingt-cinq milles de Trois-Rivières, il n’y a aucun rapport fondé d’au-tres victimes du tremblement de terre de samedi soir, dans la province. Il y eut un moment une rumeur que cinq personnes avaient perdu la vie à diffé-rents endroits de la rive sud, mais comme rien n’est venu confirmer cette rumeur on la croit absolument sans fonde-ment.

« Retour à «1925»

N.D.L.R.

Ces textes occupaient 5 colonnes à la Une du journal. Les deux autres colonnes, dont les textes ne portaient pas sur le tremblement de terre, n’ont pas été reproduites. De plus, la mise en page en colonnes a été éliminée pour simplifier la lecture mais les coquilles ont été conservées.